Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Hallucinante Luciole
  • : Et si on faisait un tour dans la tête d'un être étourdi et écervelé ... ?! Une Histoire , ne reste qu'une Legende parmis d'autres ...
  • Contact
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 23:38

 

6a00e5536b2ba988330120a8a78005970b-500wi.jpg

 

Juste parceque je pense que cette femme aurait fait la reine grecque la plus sexy de tous les temps .

 

 

       Dernierement j’ai vu  le film « Le roi Arthur », oui oui il était beau , l’histoire était sympathique mais bon dieu pourquoi avoir changé la fin ? Celle ou genièvre devait le tromper avec lancelot et patati patata et avoir fais en sorte que Lancelot meurt … Bref mis à part le fait que j’ai été déçue qu’on ait pu changer cette histoire qui faisait parti des contes de mon enfance , j’ai commencé à me remémorer ces souvenirs qui ont fait que je puisse aimer autant ces histoires , la mythologie …

 

Tout d’abord  , je dois dire que l’époque des mythologies grecques et romaines , m’a toujours intrigué , belle tenues fluides , sandales spartiates , armures fines et bien dessinées , histoires héroïques dramatiques , tristes .. Créatures magiques , tel que les santores , les nymphes , les dieux ,les oracles , les magiciens , les sorcières , les titans ..D’ailleurs je me suis toujours demandé ce que ça aurait fais de sortir avec un santore , s’assoir sur son dos de cheval , contempler son dos musclé le serrer et voler un bisou lors d’une escapade ou il serait entrain de courir . Haha.

 

La mythologie n’abrite pas que des héros , des dieux de belles créatures , mais surtout des leçons de vie , de famille , de gestion , d’échec , elle ne reformule pas des histoires de princes charmants tel que les disneys , mais passe surtout vers les faits ,les gestes humains , les fins mortelles . Sachant aussi quand tous ces récits , la femme a été toujours démontré comme signe de force , de combat , on peut rencontrer des déesses de guerre , des mères archers .. En ce temps là , la femme était déjà signe de courage et de fermeté avant d’être celui de la beauté féminité et fécondité .

 

Cependant , plusieurs actes dans cette dernière sont représentés comme étant tout à fait naturels et humains , tel que l’inceste que l’on retrouve chez dieux et déesses  , les tueries sans remords ni punition ..

 

Pourquoi ai-je eu l’idée de parler de ça ? Car j’adore ce monde , j’aurais voulu vivre dans cette époque , mettre leur tenues , sortir des phrases tel que «  Par Athéna , je te prie de ne pas aller au gouffre de .. » , de rencontrer Hercule , Alexandre le grand , Ulysse… De voir les nymphes de dire à Calliope la pléiade des poèmes et des musiques que son prénom est tout simplement parfait , d’apprendre à tirer , à magner l’épée , à battre le fer , cultiver les terres , voir et participer à la sculpture des statuts des dieux , étudier l’histoire avec un professeur expliquant la cartographie avec un bâton et dessinant par terre . Apprendre à monter à cheval pour aller à la guerre , faire des tresses princières grecques , profiter de ma poitrine vu que dans ces temps là ma taille était adulée et adorée .

 

Bref , je suis en adoration devant cette époque .. Et d’ailleurs ,je vais de ce pas relire ou rechercher de nouvelles histoires que j’ai du zapper dans ce monde aux grands horizons 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 22:53

15006_10150170845745096_568240095_12701879_1733288_n_large.jpg

 

 

 

Assise devant mon pc , cheveux détachés , ayant très chaud , j’ai voulu juste regarder mes mains , celles que je trouve tellement parfaites des fois … Et là surprise ( Ou pas ) , brulures , blessures de couteau , manucure décollée , ongle cassé .. Oui , même ce que je trouvais beau en moi commençait à périr !

 

Cependant , je dois avouer que je suis de bonne humeur , et que durant ces deux mois plusieurs choses ont changé ( ou pas ) , certes , certaines idées sont restées les mêmes et se sont concrétisées et d’autres sont juste passées et sont devenues débris du passé .

 

Parcontre , j’ai appris que le fait d’en finir avec une personne que j’ai connu durant 14 ans ne m’a fait aucun effet , que je ne réussissais plus  à rester froide ou intouchable , que j’avais un besoin enorme d’attention mais avais peur dès qu’on me l’offrait , que pour certaines personnes j’étais la compagne idéale pour des relations libres ou un coup d’un soir ,que je pouvais être jalouse de ma sœur qui avait la capacité de me dépasser dans mon propre domaine , que je me foutais un peu de ce que les gens me racontaient et que ça commençait à me monter à la tête  , que je détestais demander quelque chose à quelqu’un , et qu’un seul petit détail pouvait changer toute une personnalité à mes yeux .. Bref

 

La meilleure est que je n’ai touché ni roman , ni texte , ni poème durant ces mois , ce qui est plutôt bizarre et inconcevable dans ma vision des choses , et dans ma manière d’être .. Le fait est que je ne pouvais plus me concentrer , pourquoi ? Alors aucune idée plausible ^^

 

Je suis comme l’aurait dit ALEX de  « Buffy contre les vampires » : Une fille qui porte le  monde sur ses épaules .

Vous savez , mes petits lecteurs , j’ai compris une chose , quoi que l’on fasse , quoi que l’on dise , il y aura toujours deux avis différents par rapport à nos faits , nos gestes , nos écrits , alors des fois il faudrait seulement se résoudre à faire ce qu’on aime et se dire qu’au fond c’est ce qui importe. Seulement avant de réfléchir comme ça , il m’a fallut être dégoutée par la manière de draguEr marocaine , par les incultes qui ne font pas la queue dans la banque , par les salopes qui réussissaient à avoir ce qu’elle voulaient sans aucun effort , par ces maigrichonnes qui mangaient sans grossir , par ces arrivistes qui faisaient en sorte de paraitre bourgeois , et par ces bourgeois qui essayaient de parler comme des gars de cité ..

 

Sans oublier  , que quand une personne vous dit qu’elle est seule , et qu’elle n’en peut plus de l’être et qu’il ny a personne à qui elle plait .. CE NE SONT QUE DES FOUTAISES ! Chacun d’entre nous trouve une personne ou des personnes à qui il plait , qui le trouvent parfait , seulement ces personnes là ne correspondent EN AUCUN CAS au souhait des ces personnes seules , qui disent n’avoir besoin que d’amour et d’affection . Ouvrons les yeux , on ne peut être avec des personnes qui ne correspondent vraiment pas à notre critères , même si ils nous montraient TOUT l’intérêt possible sans être hypocrites et profiteurs.

 

Enfin , je hais l’informatique je hais ce que j’étudie , je serais gerante en événementiel , ou assistante d’un riche milliardaire ( Dans mes rêves) . Juste pour dire que je suis de retour , que mon imagination a retrouvé sa pêche et que les textes vont repleuvoir .

 

Bonne soirée .

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 23:28

 

419376_10150542291733912_292279708911_8976270_390335380_n.jpg

 

« Respires … respires … »

Ces mots résonnaient dans ma tête alors que j’avais envie de crier et de casser tout ce qui m’entourait  . J’avais mal , je sentais mes trippes se déchirer , mes yeux sortir de leur orbite …

 

 

Cher journal ,

 

Je me rappelle il y a quelques mois , j’ étais une de ces étudiantes normales , avec des petits soucis , des études pas trop appréciées , une petite bande d’amis sympa et quelques sorties plutôt folles .

 

Et c’est venu , oui , tout seul , cette envie pressante de vouloir vite rentrer à la maison , cette agoraphobie soudaine , cet ennui en présence des gens , cette surestimation de soi qui paraissait arrogante et en même si présente  , celle qui vous dit qu’au fond , vous êtes sympathique , généreux , cultivé , artiste .. Et que toutes ces personnes qui vous entourent n’en valent pas trop la peine et ne reconnaissent pas vraiment votre valeur . Seulement au lieu de jouer le narcissique , vous retrouvez entrain de piétiner dans votre passé et de revenir en arrière en laissant les gens partir tous seuls .

 

Oui , tu sais journal , je savais qu’ils allaient partir , avec le temps et mes mauvaises habitudes , ils seraient fatigués et partiraient ..

Et pourtant , je me sentais si bien , tellement en paix avec moi-même , me réfugiant au chalet de mes parents , tout à  coté du village , et évitant toute forme humaine , et ne la côtoyant que par obligation . Puis je découvris les bienfaits d’internet , et des cours à domicile , que je pris sans vraiment prendre le temps de réfléchir . Je voulais seulement rester cloitrée chez moi .

 

Avec ma petite collection de sweats , de grosses chaussettes colorées et 3 peignoirs , je  glandais dans la maison . Je restais assise dans le balcon , couverture sur le dos , contemplant ce qui se trouvait autour de moi , les feuilles qui tombaient , le temps qui changeait  . Aucune idée ne se bousculait plus dans ma tête  , j’étais enfin libre .

 

Cependant un bon matin , me réveillant plutôt nauséeuse , et avec un air vieux et fatiguée , je sentis que quelques chose avait changé , que j’avais raté un petit épisode . Oui aucune nouvelle de mes règles sur mon petit agenda , j’ai beau compter recompter , et revoir chaque page , RIEN . J’avais 99 % de chance de porter un petit être dans mon ventre .

 

Allant faire les courses dans le magasin du village et achetant un test de grossesse , le tout fut confirmé . Ma paresse ne pu me laisser aller consulter un médecin ou même réfléchir au père de l’enfant que je portais .

Les mois passèrent , je me débrouillais tant bien que mal , seule ,  ne voulant appeler personne , voulant me prouver à moi-même que je pouvais y arriver .

Je persistais à continuer mon rituel , celui de prendre mon cappuccino et sortir contempler le paysage , sans rien faire d’autre que glander .

 

5 mois , 6 mois , 8 mois … Mon ventre commençait à prendre de l’ampleur , je pouvais dessiner dessus avec de la peinture , puis aller me laver , retrouver mes vêtements chauds et regarder la télévision . Ce qui commençait à me déranger était le fait que je doive cuisiner moi-même , avec les pieds qui commençaient à gonfler . Je me sentais guerrière et forte , j’adorais ma situation , j étais fière de moi , comme si ce que je pouvais faire était cedonc j’avais toujours rêvé .

 

L’unique personne que je comptais appeler était la sage-femme qui permettrait à ce petit être de voir le monde , je ne pouvais prendre un tel risque , une vie …

Oui Le 9 ème mois arrivait , j’avais mal . Ayant perdu les eaux et là  Mina ( La sage femme) m’ayant rejoins , je tentais tant bien que mal de faire naitre mon enfant , mon bébé ..

J’étais la femme le plus heureuse au monde . La plus timbrée et égoïste CERTES , mais surtout celle qui avait réussit à vivre EXACTEMENT ce qu’elle voulait , même si cela n’avait duré que quelques mois et allait peut être finir .

 

Merci journal , petits bouts de papiers que tu représentais durant mon aventure .

 

Rien n’est impossible , je l’ai fais … Le ferez-vous ?

 

Partager cet article

Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 23:31

418706_349541445070935_222919544399793_1252779_1377113686_n.jpg

 

«  Appelez moi  ‘H’  , je suis une femme de 46 ans , et je suis atteinte du cancer du sein . Pourtant je souris , et j’accepte ce que j’ai . Je ne pleure pas , je ne me lamente pas . Savez-vous pourquoi ?! Car ce que j’ai vécu a été le plus dur je pense .

 

Je vous relaterais un petit résumé de ma vie .. A vrai dire à 5 ans , j’ai été abandonnée par mes parents , ou je dirais plus crûment VENDUE par mes parents qui avaient trop enfants et ne pouvaient tous les faire vivre . Oui , on a payé mes parents pour m’avoir . Au début je pensais que j’étais pûrement adoptée , que je serais choyée , que j’aurais des parents qui m’aimeraient , et que je serais enfin la fille de quelqu’un qui aimera que je sois là .

 

J’étais effectivement adoptée par un jeune couple , cependant , rien de tout ce que j’esperais n’avait eu lieu , j’étais une sorte de petite bonne à vie , à qui on apprenait , à cuisiner , ranger , laver et nettoyer. La dame qui me faisait office de mère , ne m’aimait pas , me laissait assise à la porte du salon les jours de neige , assise sur un petit bout de bois , ou je gelais , ou je ne sentais plus mes jambes , alors qu’elle , se trouvait dans cet immense salon , bien au chaud avec du charbon qui brulait . Je ne pouvais sentir que j’étais un enfant apprécié que quand son mari ; à priori mon papa , rentrait du travail .

Lui me gâtait , me ramenait toujours quelque chose avec lui , me couvrait quand je dormais , et me chantait quelques sons du pays de temps en temps , en me faisant danser .

 

Je sentais que sa femme me détestait de plus en plus d’être autant apprécié par lui , ça la faisait encore plus passer pour la méchante .

 

Je me rappelle de la fatigue que j’éprouvais vers la fin de la journée , ou je ne pouvais plus bouger , ou j’avais réellement sommeil et ou mes yeux se fermaient alors que je lavais la vaisselle . Quand ma mère adoptive le remarqua , elle trouva une solution des plus fatigantes ! Que je CHANTE tout en lavant la vaisselle , que je ne me ‘arrête pas de chantonner , et si par malheur j’arrêtais , elle pensait que je m’endormais et commençait à crier mon prénom dans toute la maison pour réentendre ma voix .

 

Le jour ou mon père mourra suite à une maladie , il ne restait qu’elle et moi . Durant des années je me suis retrouvée comme étant esclave de cette femme , je ne pouvais m’enfuir , parceque je n’avais aucune idée d’où aller !

 

Durant toutes ces années aucune des libertés , même petite ne m’a été donnée , je ne pouvais mettre un pied dehors sans son consentement , je dormais et me réveillait quand elle le demandait , je faisais TOUT ce qu’elle disait , et je devais être obligée de l’écouter parler au lieu de lui dire d’arrêter . Et pire ,tout homme qui voulait m’approcher ou demander ma main , se retrouvait jeté à la porte et radié du quartier .

 

Donc me voilà , à 46 ans , vieille fille , obèse , et encore esclave d’une vieille pie qui ne veut mourir et détruit tout à son passage . En plus d’avoir cette maladie qui pourrait me tuer , d’ailleurs je me dis que me tuer serait le meilleur moyen de me débarrasser de cette femme . Je serais enfin LIBRE . »

 

PS : J’offre ce texte à toutes ces filles qui pleurnichent de n’avoir personne dans leur petite vie le jour de la saint valentin . Ou de ne pas avoir le téléphone dernière génération comme les potes , ou de ne pouvoir s’offrir tout ce qu’elles désirent . Il faut savoir qu’il y a des personnes qui vivent pire bien pire et ne font pas des crises comme les votres.  

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:39

862017621.jpg

 

Me Précipitant à l’ascenseur , perchée sur mes louboutins et essayant de vite rattraper le bouton de l’étage dans lequel je devais m’arrêter , je me suis retrouvée dans la position d’un TOUCHE-main comme je le qualifierais avec un charmant jeune homme voulant appuyer sur le même bouton .

 

Seulement ce n’était ni son regard , ni ses belles mains grandes et masculines , ni son costume trois pièces , ni ses chaussures italiennes qui attirèrent mon attention . Mais plutôt un tout petit objet tout brillant et doré , oui , sa bague de mariage .

Je sentis mes membres glacés jusqu’au point de ne plus pouvoir tenir mon laptop . Des petits cris survenaient dans mon esprit , et je fus projetée si loin dans le passé …

 

Je me voyais là , avec les larmes aux yeux , entrain de crier , de parler , de bouger mes mains , de mimmer , d’attacher mes cheveux ,et se trouvait devant moi un bel homme brun plutôt baraqué , qui se trouvait dans le même état que le mien , qui avait les yeux tous rouges et paraissait perdu , cassait la vaisselle … Encore une fois le détail que je ne pu m’empêcher de remarquer était les bagues sur nos doigts , on était mariés , et on se disputait , et là , oh oui là tout le film a recommencé , le fil de mes pensées , paroles avaient repris le dessus , mon ancien "moi" profond commençait à parler alors que je voyais défiler plusieurs années de ma vie sous mes yeux .

 

«  Je me rappelle bien du premier jour de notre rencontre , j’étais une jeune et fraiche diplomée , je cherchais du travail , des stages , à etre assistante , je bossais dûr pour y arriver . Et toi un professeur de sciences , qui n’avait que quelques années de travail à son effectif , mais qui commençait à être considéré comme l’un des futurs pionniers du domaine .

 

Nous étions ce petit couple ayant succombé au coup de foudre , avec des loisirs différents , des vies différentes , des convictions différentes , mais nous arrivions à si bien nou entendre , en laissant toutes nos différences de côté . On s’était promis d’éviter toute dispute inutile et tout mensonge ou pensée interdite , clairs comme l’eau de roche l’un pour l’autre .

 

Cependant , il y avait aussi une DERNIERE différence qui pouvait tout gâcher ,et même tout remettre en question . Celle de l’union , celle du mariage, que je trouvais tout à fait absurde , se retrouver liée à une autre personne avec un papier , s’emprisonner sous des juridictions , devoir quelque chose à quelqu’un ,réduire sa liberté , mais surtout devoir voir la personne chaque jour , et lui donner tout notre temps , alors que ce pourquoi nous avons travaillé durant toute notre vie pourrait partir en fumée , toutes ces années d’études et de labeur  seraient dissipées dans les airs .

 

Quant à lui , l’idée même du mariage , n’était que l’union de deux êtres amoureux qui voulaient celer leur amour et leur confiance devant dieu , qui s’entraiderait et s’aimeraient jusqu'à la fin de leur vie .

Effectivement le jour ou il m’avait demandé en mariage je paraissais pensive et j’avais la plus grosse frayeur de ma vie , au lieu d’être toute sautillante de joie et de bonheur , pourtant par amour , je dis oui et nous nous sommes mariés , mais avec quelques petites règles que j’avais instauré : Pas d’enfants avant plusieurs années , et qu’il me laisse vivre ma vie de travailleuse qui voulait atteindre les sommets à mon aise .

 

3 ans passèrent , et tout paraissait paisible et plutôt sympathique , pourtant je n’avais pas remarqué le petit malheur de mon mari , mes retours tardifs , mes voyages qui devenaient de plus en plus longs , le pouvoir que j’acquerissais  , et les rôles de plus en plus puissants et importants dans les entreprises. Tout ceci me laissait un peu moins disponible pour ma vie matrimoniale , mais je pensais que je me rattrapais suffisamment durant le soir et les weekends .

 

Un beau jour , le GRAND sujet a frappé , celui que je voulais éviter à tout prix , « les enfants » , ces petites créatures humaines , qui nous prenaient tout notre temps , pleuraient le soir , avaient besoin d’amour d’affection de présence … non non et non je n’ étais pas daccord ! Pas parceque je n’aimerais pas ces enfants , ou que j’avais  peur de grossir comme l’avait si bien insinué mon mari . Mais parcequ’avec tout ce que je comptais faire , tous les plans de carrière  que j’avais crée , aucun accouchement n’était programmée . Des enfants ralentiraientt et changeraient tous mes plans , toutes ces listes sur lesquelles j’ai tramé durant des années et pour lesquelles j’avais entamé tant d’études .

Je paraissais enragée , et mal comprise dans ma tête ,alors que devant lui je n’étais que cette femme , égoiste et qui en voulait toujours plus ,  qui avait LA FOLIE des grandeurs .

 

De ce fait j’avais devant moi le fameux compromis «  famille ou carrière » ! Je ne voulais pas me marier juste pour éviter ce genre de choix frauduleux , ou l’on sait déjà lequel des choix l’on veut , et ou l’autre est celui qui permettrait de faire le moins de mal aux autres . Cependant je ne pouvais me mentir à moi-même , je voulais atteindre les grands sommets , réussir ce que j’aimais faire et ne pas être retenue en bas de l’échelle pour des couches , et des plats réchauffés au micro-ondes .A ce moment même , j’allais choisir entre le fait de devenir une lynette des desperates housewives , ou une samantha jones de sex and the city .

Finalement je fis mon choix et mes valises avec , j’ai divorcé , et j’ai déménagé, puis j’ai continué à travailler , à découvrir le monde , à ne pas m’attacher . »

 

 

-Mademoiselle , est ce que vous allez bien ? N’allez vous pas descendre ? s’écriait le monsieur qui se trouvait avec moi dans l’ascenseur .

 

Retrouvant mes esprits , je sorti de l’ascenseur , passait devant plusieurs petits bureaux pour arriver au dernier au fond , qui était plus grand , avec des vitres et une imprenante vue de la ville , Mon nom figurait sur la porte du bureau avec en dessous «  Vice présidente » , un petit sourire s’empara de mon visage , et je me dis «  Je ne regrette pas , j’ai eu ce que je voulais et je suis la plus heureuse des femmes . Mais il me reste encore un peu de boulot pour enlever le : Vice » .

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 01:57

bde0c15c.jpg

 

On vit dans un monde de faux .

Fausses lèvres , fausses convictions , faux cheveux , fausses marques , fausses intentions , faux cvs , fausses fesses …

 

On dirait que de nos jours , déceler le vrai du faux est devenu un loisir comme d’autres , que peu de gens excellent . Par exemple pour les gens de la "Mode" , c’est un certain plaisir de pouvoir affirmer à haute voix que tel ou tel sac est faux , que la semelle de ces chaussures prouve que ces paires sont plutôt vieilles , que le poncho porté est fait en fausse fourrure .En plus du physique qui y passe , les lèvres , les fesses , les rides lissées , les nez refaits , les graisses enlevées , de vraies poupées vivantes , qu’on s’empresse de juger mais qui plaisent tout de même et paraissent parfaites .


Ne parlons pas des autres sujets , comme à la "Politique"  , où toute personne est fière de pouvoir offrir un bon paquet de mensonges bien maquillé sur des plateaux d’or et muni de promesses bien élaborées . En plus du monde du boulot , où la moitié des stages notés sur les CVs ne sont qu’en fait un petit papier signé par l’ami du cousin de frère du meilleur ami du père de la personne , avec les costumes cravate  , les chaussures cirées , la crinière gominée qui de ce fait cachent la vraie personnalité de la personne qui travaille dans la même société que nous .

 

Rajoutons aussi , avec les "Nouvelles technologies ", et les nouveaux réseaux sociaux on remarque que même la mentalité, l'être ,les intentions , les convicitions et ambitions des personnes sont tout à fait perturbées et faussées . De faux profils , de fausses déclarations , de faux gouts , de fausses photos photoshopées ,de faux loisirs cherchés soigneusement sur internet , de faux airs de personnes supérieures et  pour finir de fausses réputations crées de toute pièce sur support virtuel ..

 

OUI , le faux est partout , chez nous , avec nous , autour de nous , en nous .. Me diriez-vous «  NON , je ne suis pas le genre de personne que tu viens de citer » je répondrais :

 

«  Certes peut être , mais : Admettons que quelqu’un nous parle , que la logique des choses fait qu’on doive lui crier dessus , riposter , lui dire  ‘ vas te faire voir’ , ou … On s’arrête , où du moins la plupart du temps on fait attention . Bref cet exemple est assez mal choisi vu que certaines personnes pourraient le faire . Mais ce que je veux insinuer par là , c’est qu’a quelques moments de notre vie , on se fait forcement passer pour ce que l’on est pas ,  on fait des choses que l’on ne voudrait pas faire . On joue des petits rôles qu’on ne remarque même plus , qu’on trouve normaux , mais qui à la base ne le devraient pas ! »

 

On commence à aimer le faux , à le vouloir , à en avoir besoin , à en faire une priorité et une logique de vie . Fortement lamentable , certes , mais fortement vraie .

 

Partager cet article

Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 22:55

 

394144_10150477258721642_135027136641_8756231_1121940558_n-.jpg

 

 

Arrivée devant ce cabanon des bois dans sa petite coccinelle orange , elle descendit de la voiture avec ses bottes et son chapeau en coboy  , short court délavé et son tshirt d’AC DC , les cheveux noirs ondulés jusqu’au fesses . Elle avait l’air pensive et on pouvait voir qu’elle appréciait l’air frais dans lequel elle se trouvait .

 

Elle marcha vers le cabanon , petite maison en bois  drôlement moderne , avec des terrasses en verre , une porte automatique pour le garage , mais surtout une vue et un rapprochement plutôt surprenant à la rivière du coin . Nous pouvions avoir l’impression que cette chute d’eau appartenait aux propriétaires de la maisonnette .

Petits poils des bras irrités par le froid , elle se dirigeait avec son sac à la demeure , entra , puis ouvrit toutes les fenêtres , les terrasses , et mit un CD en route . On entendait raisonner du « Radiohead » dans toute la fôret , les échos des arbres et des feuilles rendaient le son plus réel , plus passionnant …

 

En ôtant son chapeau et ses bottes , elle sortit tout d’abord  dehors des tapis du salon ,qu’elle enroula en forme de tronc d’arbre puis recouvra d’une serviette noire imprégnée de bisous colorés .

 bougeant sensuelement son derrière , elle faisait le tour de la maison et rangeait quelques petits débris de bois , quelques branches pour se faire un feu avec son briquet . 

Feu de camp crée et tronc d’arbre fabriqué avec ses soins , elle se redirigea vers son véhicule et en sortit une grosse caisse de vodka vanille et citron , et quelques bières . Elle ramena aussi une guitare , et quelques petits croc-messieurs dans une boite en plastique .

 

Enfin pour finir , elle disparut une 30 aine de minutes dans le grenier du cabanon , on  entendait le bruit d’objets qui tombaient , une vraie petite fouine . Petit sourire au lèvres , elle revint avec une autre boite , mais cette fois munie et archi-remplie de guirlandes  , d’étoiles ,de petites ampoules ..Elle décora tous les arbres autour du petit cocoon qu’elle avait préparé . Une personne d’ailleurs croirait à une fête de noël toute illuminée en voyant le travail de la demoiselle .

 

  Avec ces airs de folie de fête ,on s’attendait à ce qu’elle soit rejoint par d’autres personnes , mais non … Elle s’assit doucement sur le tapis enroulé , pris sa guitare , chanta en buvant quelques bières , essaya quelques cocktails de bières mélangées aux deux vodkas . Elle se mit à danser , trébucher avec les petits cailloux , relâcher ses cheveux , et puis chanter à tue-tête , haut et fort toute chanson qui passait . Jusqu'à ce qu’elle s’arrêta ,  pris un petit papier de sa poche , et lu un petit passage :

 

 «  Ma chérie , je suis toujours en service , je tente de ne pas me faire tuer , mais je t’en supplie , amuses toi , fais de ton mieux pour vivre pour nous deux .. Rappelles toi de nos moments ensemble , nos plus beaux moments , comme le jour ou l’on a nagé nus dans la fontaine de ton ancienne université , je t’avais promis qu’on le referait . Je reviendrais et je le ferais avec toi , je ferais attention à moi . Je t’aime ma petite femme chérie … »  .


Sourit , enleva son short , puis son tshirt , et ses sous-vêtements . Elle se mit toute nue .. Sa peau blanche brillait avec les effets de la lune, elle ne portait plus que sa bague de mariage au doigt .. Puis prit le papier , le jeta au feu et s’écria «  Joyeux anniversaire de mariage kim , je t’aime» ,se jeta à l’eau ,et nagea jusqu’au petit matin .

 

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 21:51

Photo-naissance-de-Melvin-avec-sa-maman.jpg

 

 

Après 7 cappuccinos extra sucre sirotés en l’espace de 3 heures , je sentais le stress qui augmentait , les jambes qui s’engourdissaient , et surtout la voix de ma sœur qui commençait à tombouriner dans ma tête …

Ayant usé des jeux sur nos téléphones ,pris des photos avec des sonneries personnalisées , décortiqué les tenues de trois filles , salivé sur le capuchon d’un jeune homme … Nous avons remarqué  que cela faisait plus de 5 heures que l’on attendait des nouvelles de notre maman , qui , se trouvait dans un bloc , dans cette clinique  .

Je pense que l’on a du poser environ une 10 aine de fois la question suivante aux infirmiers «  Des nouvelles ?! »  .

Ce qui gêne dans ce genre de situations , c’est plutôt ces idées tout aussi pessimistes les unes que les autres , cette peur et cette rage qui augmentent , en voyant la négligence et surtout la gestion faramineuse de la clinique en question . Je ne pouvais m’empêcher de crier , et de dire ce qui clochait au bout de 5 heures d’attente .

Cependant , mes prières furent exhaussées , on m’appela pour donner aux infirmières ce que ma mère devait porter , mais comme étant drôlement têtue , je réussi à rentrer , à la voir et surtout à l’aider à s’habiller . Connaissant mon petit bout de maman , bordant en elle cette gêne , timidité de n’être vue que par les membres de sa petite famille , je m’empressais à vite mettre main dans la pâte et lui faire plaisir .

Durant cette journée , je vis ma mère branchée avec des fils , tubes et autres quincaillerie du genre … Je pouvais apercevoir dans ses yeux le bonheur d’être restée en vie , mais surtout de nous avoir retrouvé tous autour d’elle à son reveil . 

J’ai par ailleurs remarqué aussi , que le fait de savoir que plusieurs personnes voulaient venir lui rendre visite dans sa chambre , me rendait nauseeuse et sur  les nerfs . Je compris que je ne la voulais que pour moi , mais surtout que je ne voyais pas l’interêt de venir … Ne laissant pas la petite famille prendre soin de l’un de ses membres , et empêchant le malade de se reposer .

Certes , le soir venu , on a tous décidé que j’allais passer la nuit à ses côtés . Munie de l’un de ses pyjamas qui me donnait une forte poitrine ( Vas savoir pourquoi !) , je me mis dans un petit fauteuil à côté de son lit , en essayant de la faire manger petit à petit , mais surtout en lui racontant ma journée , mes pensées , et en regardant la télévision essayant de comprendre tant bien que mal , quelques films en anglais .

L’ayant bien couverte , j’ai essayé de dormir , et de me reposer un peu , tout en jetant un petit coup d’œil sur elle de temps en temps , puis en arrêtant ma respiration un petit moment , histoire de voir si elle respirait encore . La venue des infirmiers (très beaux et sexy je souligne ) , chaque 30 minutes , me faisait sursauter à chaque fois . Et ce qui est rigolo , c’est que dès que je fermais un peu l’œil , ma maman avait besoin d’eau ou de faire ses besoins .

Je ne peux vous dire , ce que cela faisait de se reveiller , de rallumer les lumières et de s’occuper d’elle , de voir qu’elle avait ce petit sourire de fierté et aussi de gêne du fait de m’avoir réveillé . Je ne peux qu’assurer que ce que l’on ressent est plus fort que toute sensation ou sentiments qu’un humain puisse rêver d’avoir . On atteint le summum , le saint graal du bonheur . Les petits copains , les problèmes , les soucis , les rêves … Tout tout disparait dans les airs . Plus rien ne compte .

Ce regard d’une mère , m’a fait sentir que rien ne m’importait plus que ma famille , le fait de la voir heureuse et épanouie . Rien au monde ne pouvait égaler ,la douceur dont je faisais preuve afin qu’elle se sente bien et à l’aise , mais surtout entendre de sa petite bouche , à elle , s’endormant lentement  . «  Tu feras une maman formidable »

 

Le vendredi 13 janvier 2012, devait être un jour cauchemardesque ou ma mère allait avoir une opération à risque . Pourtant ce jour là m’a ouvert les yeux . J’ai grandi ,et j’aime ma mère .

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 02:00

25197_112908605388813_100000090239042_267572_6010926_n.jpg

 

 

 

 

 

Dring dring , sonnerie de son portable , message reçu .

 

«  Tu es sublime aujourd’hui , ce haut mauve te va un ravir , parcontre ta coupe de cheveux est immonde , tu devrais la changer pour le bonheur de mes yeux . »

 

Ayant les mains peinturées , et un peu sales , devant sa toile , avec ce haut presque dos nu qui laissait paraitre sa nuque , dans son grand studio , spacieux , et illuminé par le peu de rayons de soleil qui se trouvaient lors de cette journée enneigée .

Elle se leva , s’essuya les doigts , puis se dirigea vers l’une de ses petites tables au bois rustique  où se trouvait son téléphone , le prit et lit le message . On pouvait s’attendre à apercevoir un petit sourire , un petit bonheur , une lueur de jeune femme amoureuse dans ces yeux en lisant le sms ,mais ce qui en suivit n’était qu’une sorte de surprise de dégout , mais surtout de colère .

 

Elle remit le téléphone à sa place calmement , puis se dirigea vers tout le mur vitré de son studio et ferma tous les rideaux , afin que la personne l’observant ne puisse plus l’apercevoir .

Oui , le numéro était inconnu , cette personne la harcelait , usait de son numéro de téléphone pour profiter du fait de lui faire peur . Elle s’assit sur son canapé , s’allongea , puis leva ses jambes en l’air comme dans une séance de yoga , mis ses cheveux en chignon , puis commença à se remémorer le nombre de fois ou elle a été terrifiée par cette personne inconnue , et qu’il fallait une bonne fois pour toute oublier ce cauchemar .

 

Alors elle sursauta , se mit sur pieds , enleva ce haut mauve qu’elle mettait , le jeta à la poubelle , puis alla à sa garde-robes , et pris une petite robe noire avec pois blancs , mis un manteau des bottes noires , et sortit de chez elle avec son petit parapluie rouge .

 

Elle attendu calmement devant la porte de chez elle , qu’il commence à neiger , mis son ipod dans les oreilles , et se dirigea vers ce jardin qui se trouvait devant chez elle , se mit à danser , à jouer avec la neige , la toucher , sentir l’air frais . Une petite thérapie en plein air , un vidage intense d’esprit . Puis elle rangea son parapluie et marcha doucement en se dirigeant vers chez elle , en prenant soin de ne pas avoir peur des personnes qui l’approchaient et de sentir ces flocons lui tomber sur la tête et mouiller ses cheveux .

 

Elle rentra chez elle , ferma la porte à double tours , puis rouvrit tous les rideaux . marcha tout long des vitres du mur , sourit un peu , puis elle vida tout un mur devant elle , et y plaça ces plus belles créations . Elle entendit le téléphone vibrer lorsqu’elle effectuait sa besogne et faisait semblant de ne rien avoir perçu comme son . Ayant fini ce qu’elle faisait elle le prit , se dirigea vers la baie vitrée ouvrit l’une d’elle , fit un geste d’aurevoir et jeta le téléphone . Puis parti prendre une toile , de la peinture noire et écrit une petite phrase dessus , puis plaça la toile devant la vitre du milieu , que toute personne pouvait voir de l’immeuble en face .

 

On pouvait voir dessus «  Go to hell »

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 20:02

20173 107417652604575 100000090239042 175720 4339205 n

 

 

 

 

 

 

Syndrome de la page blanche disiez-vous ? Certes je ne suis qu’amplement daccord , j’écris à tord et à travers , mon imagination est éparpillée dans ma vie réelle , je n’arrive plus à faire de différence .

Dites .. Soyons sincères … Vous est-il déjà arrivé de vouloir vous lever en plein cours , en pleine discussion ou durant votre travail , et crier sans même savoir pourquoi «  je n’en peux plus » de toute vos forces , de toutes vos trippes ? Je suppose que oui , quelle question stupide .

J’aimerais relater quelques mots ce soir , des plus sincères , des plus émotifs , mais surtout des plus personnels …

Vous savez quand une journée chez vous passe tout à fait différemment de ce que vous les autres peuvent voir sur vous ?  Quand de loin vous paressez être une larve , une sorte de petit humain tout malade ayant une certaine envie de dormir et de vouloir rester silencieux .

Mais au  fond ,ce petit personnage aurait voulu dire « stop » , ce personnage regardait autour de lui une sorte d’hypocrisie tout à fait naturelle , ceux qui vous rient au nez , ceux qui se foutent de l’avis des autres et préfèrent les leurs , ceux qui ne sont là que pour se pavaner , ou seulement ceux qui jugent pour ne rien dire . Oui « jugent » , bon ce que je hais ce verbe ! Rares sont les fois ou j’ai laissé des personnes le faire , ou du moins pas devant moi . Pourtant j’ai eu mon compte . Sentir qu’à chaque fois que l’on doit sortir un mot ou une phrase ,on la scrute , on vous juge on vous etiquette , mais le pire c’est que l’on est tellement fatigué de s’expliquer que l’on se retrouve dans l’incapacité d’argumenter ou de dire « non » , on accepte et on laisse les choses couler .

Quand je remarque ce petit personnage que je suis , commence à juste regarder ce qui l’entoure comme une sorte de téléfilm géant , en se demandant ce qu’il pourrait bien y ajouter , ce qu’il y rajoutait , ce qui l’y intéressait . J’étais ivre , pensive , rêveuse , je squattais chaque regard , comportement , paroles dite , je réfléchissais , les pensées se faufilaient , s’entremêlaient , je me sentais étouffée et angoissée .

Pire même , je sentais cette solitude qui me pesait , je ressentais ce petit éloignement si soudain , qui faisait que même mes amis les plus proches me paraissaient tellement loins , tellement en harmonie , et moi ce petit surplus , surpoids qui regardait les choses se passait et essayait de s’immiscer tant bien que mal . Mais ou en est l’intérêt ?Coller , se faufiler , se laisser une place ?

Oh cette sensation de liberté si propice ressentie après avoir blessé l’un des êtres qui me prenait pour une reine , une parfaite gente demoiselle … Dans ma tête , je n’étais qu’une personne évitant de faire du mal à l’un des êtres les plus parfaits que j’ai eu à rencontrer . Alors qu’en fait je ne suis qu’une personne peureuse , fade , indécise ,et tout à fait inapte à accepter la vie comme elle est offerte .

Je ne suis pas cette fille qui demande des calins des bisous de la présence pour rien , je ne le fais pas pour être connue , ni pour draguer, ni parceque c’est ma nature de draguer . Ceci est un besoin tout à fait soudain qui m’arrive à chaque fois que je veux sortir des larmes qui ne sortent pas . Oui ne sortent pas .

Mon corps était vide , mon esprit , mes idéaux , toutes mes convictions , mes principes ma culture ,tous sont exceptions sont passés un à un dans mon esprit  , ne voulaient plus rien dire , comme si même mes propres envies me rejetaient , même ce qui faisait de moi ce que j’étais ne voulait plus de moi .

Mes amies à moi avons parlé de  « carpe diem » vivre au jour le jour . C’est ce à quoi je pensais quand je me trouvais dans ce taxi rouge qui me ramenait chez moi ,roulant à toute vitesse , d’une allure surprenante , je voyais la route assez vide , ce que je trouvais assez bizarre , je voyais défiler toutes ces personnes qui m’ont fait du mal sans que je réagisse , cet être qui m’avait causé du tord  avait violé mon intimité , m’harcelait et qui m’avait rendu agoraphobe , ces personnes qui malgré toutes leurs religions leurs éducations ne savaient pas protéger un être humain du mal qu’ils auraient pu lui faire .

UNE CHOSE , seulement une chose , sans aucune réflexion , ma main qui s’en allait vers la porte du véhicule et qui voulut l’ouvrir , avec le seul scénario que ça finirait vite . Erreur , le chauffeur avait bloqué les portes .

A cet instant même , je ne saurais vous dire ou j’aurais été si la voiture du taxidriver n’avait pas le verrouillage automatique , et pire encore , je n’ai eu qu’un petit soupir «  Dommage » à ne pas avoir réussi cette envie passagère . J’écris là tout de suite , je rédige dans l’espoir d’avoir un pincement au cœur , une sorte de larme . Je ne comprends plus ce qui arrive , et pour dire la vérité ça ne m’intrigue pas du tout .

 

 

 

 

Merci de comprendre que je prendrais un peu plus de temps pour poster mon prochain texte .

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0