Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Hallucinante Luciole
  • : Et si on faisait un tour dans la tête d'un être étourdi et écervelé ... ?! Une Histoire , ne reste qu'une Legende parmis d'autres ...
  • Contact
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 03:48

300352 293245084028273 142897832396333 1172344 1584971560 n

 

 

 

 

Attendre :

espérer , compter ,vouloir , désirer , souhaiter , retarder , pressentir , présager , prévoir , imaginer , présumer 

,remettre , rester .

Temps, heures, jours, années, délai, pause , attendre un événement  .

 

 

D’après Evene , attendre a toutes ces signification ci , plusieurs verbes  si bien trouvés , si drôlement choisis . Donc si vous dites à un petit enfant d’essayer de comprendre le VERBE attendre sur internet , c’est tout ce qu’il aura comme explication …

Mais voyez vous .. Je vous dirais moi ,comment expliquer le verbe : ATTENDRE dans le terme du vécu , du réel , du compris et de l’assimilé .

 


Attendre ,  c’est quand vous dites «  Je t’aime » , et que vous avez cette boule au ventre , les souvenirs qui s’écroulent , une mini crise cardiaque , les membres qui tremblent , les idées qui se bousculent . En scrutant chaque geste , chaque regard à la personne à laquelle vous avez annoncé ces paroles si fatidques .

 

Attendre , c’est quand vous faites un gateau pour l’anniversaire de vos parents , que vous avez  9 ans , et que c’est votre première fois en cuisine  . Ou la friandise est dans le four et que vous , vous perdez peu à peu confiance en vous en rejetant un coup d’œil à la recette pour vous sentir plus confiant et sûr de ce que vous avez fait.

 

Attendre , c’est cette sensation de tout remettre en question , alors qu’on est assis dans un hopital , accoudé à une table , avec un numero à la main , un pansement au bras , et guettant l’arrivée d’une infirmière pour nous annoncer si oui ou non ,nous sommes séropositifs . Repenser à cette nuit si parfaite et agitée , et pourtant gâchée pour si petit craquelat de preservatif .

 

Attendre , c’est cette frustation , cette envie d’impatience qui refait surface , lorsque vous avez passé un concours pour rentrer dans l’école de vos rêves, cette université que vous vouliez intégrer depuis votre tendre enfance , cet avenir de grand joueur universitaire avec sa bourse . Et  Quand le doute reprend le dessus sur vos esperances et que vous commencez à devenir agressif , à perdre vos moyens , et à stresser pour n’importe quelle lettre ou mail que vous recevez .

 

Attendre , c’est quand vous êtes en depression , que vous êtes agoraphobe , que les gens vous font peur , que le fait de toucher un ordinateur vous donne le tourni , et que le seul rêve que vous ayez et que ça s’arrange vite et sans aucun souci en plus , sans médicaments , ni traitement special .

 

Attendre , un verbe oui , mais qui veut tout dire … On attends toujours quelque chose , une nouvelle , un évènement , une réponse , un exploit , un sens à nos vies , un amour , un bébé …

 

« Attendre est encore une occupation. C’est ne rien attendre qui estterrible. »

   de Cesare Pavese 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 00:49

251370920_1_7_lBGgbiEp.jpg

 

Un jour , assise entrain de m’ennuyer dans ma chambre ,j’ai décidé de sortir prendre l’air . J’ai pris mes clés , mon manteau et je me suis dirigée dehors .

 

J’ai marché le long de la rue , sans aucune parole , avec un son entrainant dans les oreilles . J’avançais en regardant par terre , puis en apercevant mes pieds … Je fus un peu surprise de la petitesse de certains membres de mon corps , puis ,je vis mes converses vertes , tout en ayant comme reflexe «  Ah lala et dire que je devrais être plus féminine » . Un homme me percuta l’épaule . Il marchait vite , avait  l’air pressé et drôlement stressé , il s’excusa v ite fait , puis finit son chemin en parlant au téléphone à haute voix …

 

Petit déclic , mon air curieuse fut attiré par ce qui pouvait autant remonter cet homme dans cette fureur qu’il laissait paraitre au yeux de tous , j’aperçu un banc , je m’assis et je commençais à réfléchir ,à imaginer , je pensais tout d’abord à une importante réunion qu’il devait avoir , ou le fait de parler de papiers de divorce avec son ex-femme , ou même négocier de transactions immobilières de la société pour laquelle il travaillait  . BREF le costume costard , chaussures italiennes et portable dernier cri disaient tout .  

 

En repensant toujours au motif de la cravate de l’homme classe , je vis une petite fille traverser la route toute seule , puis une jeune maman plutôt mal habillée et qui n’avait pas l’air de vraiment prendre soin d’elle-même , entrain de courir après la fillette pour l’attraper , Je pensais directement à ce qui ce serait passé dans la vie de cette jeune maman , mariage forcé ? Mariage d’amour , mais routine de couple ? A-t-elle toujours été comme ça ? Ce jour là était une exception peut être ! Etais-ce sa fille ? Sa petite sœur … La supposée maman paraissait bien jeune , peut être …

 

Avant d’avoir fini ma déduction , je vis deux jeunes garçons d’environ 15 / 16 ans marcher côte à côte rigolant , se retournant en regardant une jolie fille ou dame passer , se lancer des vannes . L’un d’eux portait un demi cœur au cou . Mon attention fut directement détournée en regardant le bijou . Ce demi cœur devait surement appartenir à sa chérie , ou à sa sœur qu’il aimait bien , ou même à sa meilleure amie à qui il devait être  fidele ! Qui me disait qu’il était fidele ? Le fait qu’il mettait le pendentif ? Un amour perdu peut être …

 

Finissant mes vagabondes rêveries , je vis un couple très âgé voulant traverser la rue  , d’un pas assez vaillant , je couru vers eux … Je me mis entre les deux personnes , leur pris la main , et traversait la chaussée en regardant de gauche à droite afin de réussir mon allée .   Enjambant les petits traits par terre , je scrutais du regard ces deux personnes , qui paraissaient si complices , si proches .. On aurait dit qu’un seul de leur regard l’un envers l’autre pouvait raconter des années de vie sans qu’aucune parole ne soit prononcée . En même pas quelques minutes , je me retrouvai enviant ceux que je voulais aider . Mais surtout pensant à leur passé … Etaient –ils vraiment amoureux ? Etais-ce un mariage forcé ? Comment ont –il réussi à se supporter durant toutes ces années ? … L’amour etait-il né av ec le temps peut être …

 

Arrivée vers la fin de la ruelle , et les laissant finir leur route doucement mais surement . Je m’arrêtai , je voyais le monde qui tournait plus vite que je ne pouvais le percevoir … J’étais figée au milieu de mes questions , de mes appréhensions , de mon imagination hors limite .

 

Je revis ma vie , conneries de bébé , vol de poudre de lait , bonheur d’avoir un kinder , premier petit amour qui offre une fleur , première scène , meilleure amie , déménagement , déception ,découverte du monde masculin , bêtises , forte personnalité , séchage de cours , mini jupe , machos , lycée , nouveauté , amis réels , anniversaires pourris , cigarette , noir , rouge , muscles , chemises , émotions ,amour … Je ne pouvais aussi vite résumer ma vie . Et là je compris , que même les personnes que j’avais vu durant ma journée ne pouvaient réellement énumérer chaque évènement , infime soit-il de leur vie .

 

Chaque humain reste un mystère , un mystère que j’ai pris plaisir à vouloir découvrir en quelques heures .

 

Finalement j’aime mon propre mystère aussi . Je me surprends .

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 23:47

 

 

2675972702_1.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

On entend souvent   «  Laisse le temps faire , et les choses se feront toutes seules »

Avez-vous déjà essayé de le dire à une personne qui vient de perdre un membre de sa famille , qui vient d’être laissée seule devant l’ autel , ou seulement qui vient de sortir d’une douloureuse séparation ?

Je vais vous dire comment ça se passe dans la plupart des cas ! Cette personne a envie de vous trucider et de tirer sur vous avec une mitraillette , vu que c’est si facile à adire , mais si dur à faire ..

 

Bref ! Et si je rentrais dans le vif du sujet ? !

Disons que je suis l’une de ses personnes , enfin je rectifie , je l’étais … Et comme tout humain ayant déjà vécu ce genre de situation , le fait de laisser LE TEMPS faire les choses , pose un petit souci ..

Je vais vous parler de ce jeune homme , au  sourire innocent ,de beaux yeux brillants et une personnalité tout à fait angélique … Généreux, rigolo , presque enfantin , mais si mystérieux et réservé .

Ses mains font des merveilles sur cet instrument  . Oui ! Je suis totalement tombée amoureuse de son talent , fut un temps ou dès que je le voyais  , je l’imaginais en forme de pleins d’instrumentsd si différents les uns les autres , entrain de se pavaner et laissant derrière eux de sublimes mélodies ..

Chaque jour de ma semaine , j’attendais impatiemment le moment ou je l’entendrais et le verrai jouer .

Jusqu'à ce que je remarque que du jour au lendemain , ce n’était plus que la magie de ses doigts qui me faisait effet , mais toute sa personne ! Sa manière d’être .. Cet air de garçon simpliste et drôlement honnête .

Imaginez ma surprise lorsque j’ai remarqué que durant toute ma vie , je n’ai jamais rencontré une personne de la sorte . Du coup je suis tout simplement une petite novice dans la manière d’essayer de plaire de surprendre , je foire tout , je gaffe , je deviens timide ! Et croyez moi , je suis tout à fait perdue et choquée . Je voudrais savoir mais je ne sais pas , je voudrais faire , mais je ne fais pas , je voudrais parler mais je ne parle pas .

Réflexions succinctes …  «  Laisse le temps faire et tu verras ce qui en sera »  , me diriez vous .

Retour en arrière : Je ne veux pas attendre , je voudrais vous culbuter .

Finalement ,je ne ferais  rien .. Je serais spectatrice de mon propre avenir et je ne penserais à ce temps qui passera , mais si je vous entend me le dire.. Vous savez déjà ce qui vous attendra .

 

Petit coup de gueule personnel en pleine soirée . Oui . ça arrive.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 00:53

default_ce_von_unwerth_art_edn_b_shadow_0909211505_id_27455.jpg

 

Petite question pour commencer :

 


Avez-vous déjà eu une envie si soudaine , mais si grande , si présente , mais tellement interdite et inappropriée que vous retrouvez dans une situation d’amertume , de conflit intérieur entre  « Je le veux , je ne peux pas » .

 

 

Nuance , je ne parle pas que de pêchés .. Sexe , mensonge … Entre autres ! Je parle plutôt d’envies passagères , celles qui peuvent s’ancrer en nous en quelques secondes . Par exemple , le fait d’aller vers quelqu’un , le gifler très fort , lui faire un sourire et revenir à sa place .

Le fait de prendre une personne par le bras , de l’attirer et de l’embrasser tendrement , puis de partir l’air de rien , comme si ce qui c’était passé n’était qu’une illusion parmi d’autres ..

Oh ! Ou sentir  une sorte  d’attrait envers  une personne  avec laquelle  on a passé la journée  , et d'avoir envie de danser au milieu de l’endroit ou vous vous trouvez  .

Ou pire encore  ! La regarder en slow motion entrain de sourire , et d’aller lui faire une très mauvaise blague et se barrer en courant , en oubliant les conséquences que ça pourrait entrainer !

 

N’avez-vous jamais eu envie , de faire comme dans les clips , dans le sens ou vous rentrez dans votre cuisine que vous ouvrrez les placards et que vous prenez toutes les assiettes devant vous et les jettez par-dessus les meubles , sur le mur , de toutes vos forces ,  surtout en ayant pas cette peur d’être blessé par un morceau de verre .

 

N’avez-vous jamais eu envie de travailler en costard cravate,  de sortir de votre travail le vendredi  après-midi , de monter sur votre belle décapotable , d’ouvrir les boutons de votre chemise , de prendre votre téléphone , et de dire «   Salut chérie , on prend les billets pour quelle destination cette fois ? »

 

N’avez-vous jamais eu envie , de vivre en tant qu’étudiant normal , et qu’un jour en rentrant dans votre cafette d’école , des hommes en costume viennent vous accoster et vous demandent de vous asseoir pour vous dire que vous êtes l’héritier de plusieurs millions , et que la personne qui vous a tout légué n’est que le vieillard que vous avez aidé au supermarché la semaine dernière , alors que personne ne voulait lui prêter  attention .

 

N’avez-vous jamais eu envie , d’avoir une scène de dispute qui se finit au lit , comme dans tout bon film hollywoodien ?

 

N’avez-vous jamais eu envie de simplement réaliser  ces pulsions passagères , sans vous dire «  Est-ce que c’est mal ? Est-ce que c’est faisable ? »

 

Tout n'est question QUE d’envie je vous dis

 

Ps : Parlez moi de ces envies chez vous .. A quoi ressemblent t-elles ?

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 01:00

feu.jpg

 

Ils étaient en voiture , tout amoureux , il faisait nuit et ils roulaient sur une autoroute plutôt sombre , Gemma la jeune femme se mit à gigoter avec cette envie pressante l’étouffait presque , et donc elle a prié Jason son chéri de bien vouloir s’arrêter dans le petit air de repos prochain qui arrivait , pour qu’elle puisse faire ses besoins derrière l’un des arbres .

Elle descendit de la voiture , puis parti se refugier derrière un chêne .

 

20 minutes , elle n’avait toujours pas réapparu . Alors son homme sortit de la voiture ,torche à la main  et se mit à sa recherche , en l’appelant par son prénom . Il la chercha derrière l’arbre où elle se trouvait , et ne trouva aucune trace , puis en se retournant trouva le bandeau de sa belle sur terre comme si on l’avait piétiné . Il prit peur pour elle et commença à l’appeler par son prénom très fort , tout en continuant à s’enfoncer dans la pénombre de la forêt . Jusqu au moment ou il entendit le craquela des feuilles , recria son nom et entendit de loin «  Jasooon , jasoon ! » .

Il courut en essayant de rattraper la voix mais trébucha encore une fois sur quelque chose , cette fois-ci , c’était le foulard de la jeune femme … Il avança , en regardant autour de lui et en criant de toutes ces forces « Gemma où es tu bon sang !? »

 

Avec les échos de ce que sa voix pouvait résulter , on apercevait les oiseaux déguerpir de leurs arbres , les petites bêtes se terrer sous terre ou se cacher derrière des plantes . Puis une ballerine d’un ton beige de Gemma , et une énorme exhortation de la jeune femme :   « Jason , aides moi , il ne veut pas arrêter , Ja … »  , puis un «  noon noon pas ça non » .

 

 Jason quant à lui ne savait plus à quel sein se vouer . Galoper partout tel un fou en espérant la croiser  , ou rester calme et poursuivre le même chemin . Il décida finalement de continuer sa route , en continuant de l’appeler . .. Jusqu'à ce que cette fois , il vit des lambeaux de la robe de gemma , une robe déchirée férocement , et trainée par terre , et la perçu récriant «  Jason , ou es tu , je t’en supplie , réponds moi … »

 

En enjambant les branches , les fleurs , Jason  pu décerner un peu de lumière , se munit d’une grosse pierre , éteignit sa lampe et s’approcha doucement du feu de camp qui se trouvait au milieu des plantations . Puis entendit raisonner la faible voix de sa dulcinée qui lui demandait d’approcher car il était tout presque arrivé à elle . Pourtant lui , en suivant les phrases «  Enfin tu es là , viens s’il te plait » , n’apercevait rien du tout ..

 

Il discerna de nouvelles phrases de Gemma qui lui demandait de s’asseoir et de lui faire confiance . En ayant un peu peur de ce qui pourrait arriver ,i l vit plus que normal de suivre ce que Gemma lui disait .

 

A  peine assis , il sentit une main se déposer sur son épaule  , ayant la frayeur de sa vie , il la tira aussi fort qu’il pouvait afin de voir le corps de la personne derrière lui se dégringoler juste devant ses yeux . Par surprise en rouvrant les yeux il perçu un corps sublime habillé en lingerie , avec un joli visage de ROusse « GEMMA ! » S’écria t il ! « Que fais-tu ici ? Hein ? Pourrais tu m’expliquer ce qui cloche ?  Ou étais tu ? à quoi tu joues ? Non mais franchement » .

Encore blessée de sa chute , elle s’accouda au sol , et dit sensuellement «  SURPRISE ! » .

 

Jason toujours aussi surpris : «  Laisses moi passer franchement , ce n’est pas rigolo ça » , et gemma tout en voulant se lever essaya de s’accrocher à lui  et lui dit «  Attends non , hm une seconde , tu m’en veux ? »

« Si je t’en veux ? Non mais est ce que tu réalises ? » , Et en faisant tomber l’une de ses bretelles et en revenant quelques pas en arrière , elle acquiesça «  Oh vraiment ? Tu m’en veux comment dis moi .. Tu ferais quoi pour me punir ? »

 

Lui tout aussi en colere et en la suivant d’un pas ferme «  Ahem …Tu cherches la petite bête ! Arrêtesde jouer »  . En faisant tomber l’autre bretelle , avec encore plusieurs pas en arrière «  Oh , vraiment , tu devrais m’attacher ne crois tu pas ?  Et me faire des choses » , jusqu'à ce qu’elle se retrouva collée à un arbre et lui collé à elle , la regardant aussi méchamment qu’un tueur mais aussi passionnément  qu’un amoureux , ‘approcha un peu de ses lèvres et la serra des hanches .

 

Et au moment ou leurs lèvres allaient se toucher , ils entendirent un cri strident  , un «  AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH  , aidez moi » …

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 22:52

 

 

 

zhenya_02.jpg

 

 

 

 

 

Il y a des chansons que l'on écoute sans les écouter vraiment, qui servent seulement de fond sonore pour combler le silence. Il y a des chansons que l'on entend plusieurs fois à la radio, dans la voiture, sous la douche, en se levant le matin, que l'on apprécie pas spécialement mais que l'on se surprend à fredonner dans la journée. Et puis il y a ces chansons là. Celles qu'on ne voudrait pas écouter mais qu'on écoute quand même. Celles qui vous foutent un coup de poing dans le ventre en vous rappelant certains souvenirs alors que vous vous étiez battu pour les oublier. Ou bien, qui vous rappellent une belle époque et vous achèvent lorsque vous vous rendez compte que cette époque est passée, que le présent est le présent, et que votre avenir se fera sans votre passé .. 

 

Il y a aussi ces sons qui nous font rêver et nous transforment en purs scénaristes , avec nos souvenirs nos idées, notre imagination , on devient fortement capable de créer et de modeler une histoire avec un début et une fin , racontant nos exploits dans plusieurs époques historiques , une scène d'amour torride ,ou seulement un désir enfoui et réalisé lors de ses minutes .

 

Oui , la musique est non seulement un échappatoire , mais aussi un ami qui nous remémore nos beaux et mauvais souvenirs , qui influence nos humeurs , un livre ou un film , où toutes nos pensées , envies , désirs sont notés et gardés .. 

 

La musique est soleil , la musique est lune , elle est liberté , et rêve , elle est coeur brisé et haine 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 04:14

 

3019901205_1_3_L7QDzpz5.png

 

 

 

-Tu l'aimes ?

- Ben ouais , elle est belle.

- C'est tout ?

- Euh... quoi d'autre ?

-Comment ça quoi d'autre ? Je te demande si tu l'aimes, Je te parle d'amour. Et toi tu me dis qu'elle est belle. Belle ? Moi quand je te parle de beauté je ne te parle pas de son joli petit cul moulé dans un jean Levis, ni de ses lèvres pulpeuses, ni... de ses grands yeux pétillants. Putain, je parle pas de ça. Moi ce que je voulais que tu me dises c'est que tu l'aimes, que tu aimes tout d'elle, ses défauts, les pires, le goût de ses larmes quand rien ne va plus, l'odeur de ses cheveux quand tu l'embrasses dans le cou, ses tâches de rousseurs quand l'été pointe le bout de son nez. Et quand j'évoque le mot amour, s'il te plait ne l'associe pas au sexe. Parce que tu vois, savoir combien de fois tu te la tapes tous les jours, moi je m'en fou. Merde, il y a des mots pour parler d'elle. Pas des mots en toc, pas des mots qui soient faux, pas l'un de ses mots ringards que tu ais entendu dans un film. Pas comme ça. Parfois il n' y a pas de mots, juste des regards, des gestes, encore des regards, puis un sourire qui dure, qui dure, qui dure parce que tu as ta main posée sur sa peau brûlante, parce que dans sa poche furtivement tu as caché un petit gribouilli avec inscrit " Je t'aime " quand sa tête était tournée, parce que les jours passent trop vite quand elle est là et que tu ne veux plus la quitter , Que tu ne peux plus lâcher sa main. Et que tu lui dis que sans elle, chaque minute est inutile. Et en revanche, parce que tout ne va jamais bien, que ses yeux brillent, pleurent lors d'une dispute, qu'elle te lance au visage des mots affreux, des cris de haine. Alors pardonne la, recommence à zéro. Et dis lui, cris le. Je t'aime. L'amour c'est ça, ce n'est pas un jeu, pas de la merde. C'est dangereux. Tu vois, moi, C'est de ça dont je te parle...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 02:26

 

 

2655353340 small 3 

Comment comprendre celui qui jamais ne boit

Comment comprendre celle qui n’a jamais pêché

Se dégorger sur les pavés est une véritable mélodie

                              J'épouse chaque soir ces pissotières que l'on nomme trottoirs

                         Tenue brillante portée , talons pointus , et maquillage smoky et coloré

    Et dans ce monde au parfum d'urine, j'affiche mon plus beau sourire ébahi

 

 
 
 
J'aime ces drogués, ces camés, ces junkies. Je vénère leurs dégaines, leurs haleines, leurs sourires. La nuit est leur , comme elle ne le sera jamais pour personne, elle leur appartient de la plus fusionnelle des façons. Ils sont nuit, elle est ivre. Derrières ces sourires vides, ces regards aseptisés, ces pensées stérilisées, il y'a un quelque chose de magique, le bonheur d'une génération qui à jamais se meurt. Et je te revois dans les ballets majestueux de ces hommes bourrés, toi qui aimais cette danse à en crever. Un pied en avant, un genou au sol, une tête qui flanche, un cul par terre. Je chéris ces danseurs acharnés et les ombres qu'ils projettent, le soir, contre les pavés. Dans ces spectacles d'ombres chinoises, je te vois renaître, vivre, t'amuser, et disparaître à nouveau. Je ris. J'ai l'illusion de te retrouver dans ces silhouettes sombres et leur démarche dégingandée. Je me souviens de ces jeux de lumière, ce doux et chaud éclairage des réverbères se reflétant sur ton teint blafard comme sur les eaux sales de la Garonne. Et je souris, si tu savais, de ces idiots qui vacillent, trébuchent, et tombent à l'eau. De ces ploufs qui retentissent et se mêlent à l'hilarité de leurs amis. Je les contemple comme un souvenir, les étudie et, dans un élan incontrôlable, je ris aussi. Toi, tu ne savais pas nager, juste te noyer. Noyer tes peurs dans l'alcool, inonder ton coeur de passion, t'immerger et t'oublier en moi. Tes derniers mots me reviennent, et je ris, je ris. "Si tu ne m'aimes pas tues-moi, mais ne te moques pas". Je t'ai poussé à l'eau et j'ai ris, j'ai ris.

 


 

Je lève mon verre à l'alcool, à l'amour,
A toutes ces enivrantes promesses qui nous rendent saouls.
Je lève mon verre à l'ivresse et au sang sur mes mains.
C'est à l'eau plate qu'elle s'arrose, ta mort,
et j'en ris, j'en ris encore …

 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 01:08

cor.jpg

 

 

 

 

Elle était là, dans ce petit coin sombre, à jouer avec ces idées morbides et ces questions interminables.

Elle écrivait, rêvait, imaginait …

Jusqu’au jour ou elle le vit.

Oui oui lui ce charmant garçon,

Celui qui plaisait à toutes ces belles demoiselles

Celui qui représentait Un prince aux yeux de toutes

Elle, ne Croyant que l’amour existait…

Espérait, voulait le regarder, le toucher, lui parler, l’embrasser,

Elle voulait lui avouer que son petit cœur tout fragile battait très fort quand elle le regardait,

Elle voulait le prendre dans ses bras et ne plus le relâcher,

Elle voulait qu’il l’aime, et qu’il lui dise que c’était elle qu’il cherchait,

Elle y croyait si fort,

Jusqu’au jour ou il vint enfin vers elle,

Son petit Organe qui lui servait de cœur battait la chamade,

Ses jambes tremblaient,

Ces yeux commençaient à briller,

Elle sentait son être briller et jaillir f=de milles feux !

Il s’approcha de son oreille,

Lui dit qu’il allait lui dire un secret,

Elle devint rose et attendis impatiemment

Il répliqua,

Qu’il aimait une personne

Qu’il la trouvait superbe et unique

Originale même !

Qu’il aimait ce qu’elle faisait

Ce qu’elle pouvait cacher

C’était tout à fait Elle ! Sans aucun doute !

Elle voulu l’entendre terminer ces belles paroles

C’etait sans nul doute la premiere fois de sa vie qu’elle se sentait aussi confiente et aussi bien

Après quelques secondes , Il lui révéla le nom de celle qu’il aimait 

Son petit cœur fit un boom

Elle ne savait plus quoi dire

Ni ressentir a ce moment là !

Elle le regardait avec ces yeux qui etaient redevenus si petits

Elle n’arrivait pas a y croire,

Enfin , elle sait qui est l’heureuse élue ,

C’est .

C’est .

Sa Meilleure amie .

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 23:53

paradise-portrait-by-erwin-olaf-06-copie-1

 

 

Demain le 22 septembre , Jour de ma soutenance , et aussi jour de l’anniversaire de mon père .

Je suis dans ma chambre entrain de contempler mon travail , de regarder autour de moi , petit endroit bordélique que j’ai créé , j’ai le cœur qui bat fort , j’ai les yeux remplis de larmes .

 

Non , je ne veux pas pleurer de peur de tout louper , je ne veux pas pleurer de manque de confiance . Je pleure car les personnes sur lesquelles je comptais , desquelles j’attendais un soutien , n’ont rien fait , ne sont même pas rendu compte que DEMAIN , oui demain était un jour important . Ils ont préféré refaire leur  petite crise de dispute , et me laissait encore seule dans mon petit coin à espérer .

 

Et moi qui pensais que j’allais être stressée par le fait de les voir assister à mon grand jour . Je me rend compte que non seulement ils n’y assisteront pas, mais qu’ils n’en avaient aucune envie .

Je n’ai pas envie d’y aller demain . De ne recevoir aucun appel d’encouragement , de ne pas voir des petites têtes surprises m’attendre dehors  . De ne pas être aidée pour mes petits plateaux de gâteau pour les jurys ou mes jus.

 

Je n’ai plus la force d’entendre que d’autres sont attendus , sont soutenus , sont heureux et sont si ravis et fiers dans le leur famille . Je veux juste rester discrète . Au moins je passerais en dernier , et je garderais mes larmes pour moi vers la fin .

 

Du moins si je suis acceptée ...

 

 

Le 21/09/2011 à 21 h 49

Partager cet article

Repost0